Médicament Santé

Informations médicaments

Retour sur les actualités médicaments Voir l'actualité Voir les actualités

Catégorie voyageDengue

Généralités

La Dengue est due à un arbovirus, virus transmis par des arthropodes. Ce virus appartient à la famille des Flavirideae du genre Flavivirus . C’est un virus à ARN positif simple brin d’environ 11 kb, le génome du virus de la dengue est en constante variation. Cela s’explique par le fait que l'ARN polymérase n’a pas de mécanisme de vérification des erreurs lors de la réplication de l’ARN. Il existe différentes souches de virus de la dengue, elles se répartissent en quatre sérotypes différents : DEN-1, DEN-2, DEN-3 et DEN-4. En cas d’infection, l’immunité acquise pour une souche induit une protection seulement pour cette souche40. Dans cette maladie les arthropodes vecteurs sont des Culicideae du genre Aedes comme Aedes aegypti ou Aedes albopictus. Le virus est transmis à l’Homme lors d’un repas sanguin de la femelle Aedes.

L’Organisation mondiale de la santé estime à 50 millions le nombre d’infections chaque année, dont 500 000 cas de dengue hémorragique. Ces derniers sont mortels dans environ 20% des cas40. La dengue est présente essentiellement en zone intertropicale.

Photo virus de la dengue

Figure : Representation du virus de la dengue

Les symptômes

La dengue dite «classique» se manifeste de manière brutale après une période d’incubation variant de 2 à 7 jours. Les symptômes sont une forte fièvre accompagnée de maux de tête, de nausées, de vomissements, de douleurs articulaires, musculaires. Cette maladie est appelée aussi «grippe tropicale» à causes de ces symptômes. De plus une éruption cutanée de type rougeole est souvent observée. Trois à quatre jours après une courte phase de rémission est observée. Ensuite les symptômes s’intensifient, des hémorragies conjonctivales, des épistaxis (saignements du nez) ou des ecchymoses peuvent survenir. Ils diminuent ensuite au bout d’une semaine. Il y a ensuite une période de convalescence d’une quinzaine de jour jusqu’à la guérison totale. Il existe aussi des cas de dengue asymptomatiques ou paucisymptomatiques.

La dengue « classique» n’est pas une maladie sévère cependant chez certains patient la maladie peut évoluer vers des formes plus graves la dengue hémorragique puis la dengue avec symptôme de choc. Environ 1% des cas de dengue sont des formes hémorragiques. Ces cas sont extrêmement sévères40. Dans ces cas-là, la fièvre persiste et des hémorragies multiples, notamment gastro-intestinales, cérébrales et cutanées, apparaissent souvent. La guérison peut être rapide et sans séquelle. Chez les enfants de moins de quinze ans le plus souvent, un état de choc hypovolémique peut s’installer, entrainer des douleurs abdominales, et provoquer la mort si la personne n’est pas traitée.

Photo rash cutané, dengue

Figure : Eruptions cutanées chez un patient ayant contracté la dengue

Cycle du virus de la dengue

L’infection du moustique femelle a lieu au cours de la prise d’un repas sanguin sur un homme infecté en phase virémique : le moustique pique, puis ingère à la fois du sang et du virus. Dans la dizaine de jours qui suit l’ingestion du repas de sang infectant, le virus se réplique dans différents tissus et organes chez le moustique pour finalement atteindre les glandes salivaires. Lorsque le virus est présent dans les glandes salivaires le moustique est alors capable à son tour de transmettre le virus. La transmission du virus, du moustique infectant à un homme sain a lieu au cours d’un repas sanguin, par l’injection de salive contenant du virus. Un moustique infectant le reste toute sa vie (environ trois semaines dans la nature) et est donc capable de transmettre le virus à plusieurs individus. Une fois injecté chez l’homme, le virus se réplique, d’abord sans qu’aucun symptôme ne soit décelé pendant 3 à 7 jours, c’est ce que l’on nomme la période d’incubation, puis les premiers symptômes apparaissent, notamment la fièvre.

L’aspect du virus change lors d’une incubation à deux températures différentes, celle du moustique, à température ambiante, et celle de l’Homme, à 37 °C. La surface du virus de la dengue devient plus irrégulière chez l’Homme et son diamètre s’agrandit (environ 550 Å contre environ 500 Å chez le moustique). In vitro, la forme irrégulière du virus est la plus infectieuse. Les épitopes sont différents entre la forme moustique et la forme humaine du virus. Les futurs vaccins contre la dengue pour être efficace devront donc être dirigés contre la forme humaine (forme rugueuse du virus).

Epidémiologie

La dengue est l’arbovirose la plus répandue au monde. C’est aussi celle qui a le rythme de progression le plus rapide. Depuis 1970 le nombre de pays affectés et de cas n’a cessé d’augmenter.

Photo graphique cas de dengue OMS

Figure : Nombre moyen annuel de cas de dengue simples et sévères et nombre annuel moyen de pays notifiant des cas à l’Organisation mondiale de la santé de 1955 à 2007

Aedes albopictus est un vecteur secondaire de la dengue à l’échelle mondiale. Le principal étant Aedes aegypti. Cependant le «Moustique tigre» a été la cause d’épidémies dont certaines de grandes ampleurs à travers le monde. Au Japon en 1942-1945, aux Seychelles en 1976-1977, sur l’île de la Réunion en 1977-1978 et en 1984, dans la province de Guangdong en Chine en 1978, à Hawaï en 1943 et en 2001-2002.

Ces dernières années Aedes albopictus s’est implanté en Amérique du Nord et en Europe, y compris en France. Il a pu subsister dans ces régions grâce à sa résistance aux températures basses et à sa capacité de se mettre en diapause. Le risque de transmission de la dengue dans ces régions est une réalité.

Photo carte cas de dengue

Carte : Cas de dengue autochtone dans le monde et dans les départements français, bilan au 1er mai 2011

On ne considère pas la France métropolitaine et les départements d’outre-mer de la même façon. Le virus est hyper-endémique dans les départements français d’Amérique. Il menace d’émerger dans les zones où des vecteurs sont implantés (territoires de l’Océan Indien et sud-est de la France). En revanche, le risque est très faible à ce stade sur le reste du territoire métropolitain. Il peut y avoir cependant un risque ponctuel avec par exemple le stockage ou l’importation de pneumatiques usagés. En 2010, les deux premiers cas autochtones de dengue ont été détectés dans le sud-est de la France.

Photo graphique cas de dengue OMS

Figure : Aedes aegypti à gauche le principal vecteur de la Dengue et Aedes albopictus à droite, un vecteur secondaire.

Traitement

Actuellement, il n'existe aucun traitement curatif de la dengue, notamment en raison de la variabilité du virus. De plus, dans la majorité des cas, la maladie évolue spontanément vers la guérison. La prise en charge des patients consiste donc essentiellement en quelques mesures destinées à soulager les symptômes : une mise au repos, une réhydratation orale, et l'administration de médicaments à base de paracétamol pour calmer les douleurs et la fièvre.